Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Diffusion et valorisation de la recherche - 2018 > Communication, valorisation (2017 et années précédentes) > Communication, valorisation, 2013 > 29 janvier 2013 - Emission radiophonique - La Fabrique de l’histoire

29 janvier 2013 - Emission radiophonique - La Fabrique de l’histoire

Partcipation de Emmanuel Droit à l’émission ’La Fabrique de l’histoire’ consacrée à la réssitance et au nazisme

Seul dans Berlin, de Hans Fallada : histoires d’une oeuvre.

Un documentaire de Laurence Courtois et Charlotte Roux

AVEC :

Emmanuel Droit, historien, spécialiste de l’histoire de la RDA

Georges-Arthur Goldschmidt, écrivain et traducteur

Manfred Kuhnke, ancien directeur du musée Hans Fallada

Sabine Lange, archiviste du fond Hans Fallada de 1983 à 1998

Werner Liersch, biographe de Hans Fallada

Alain Muzelle, professeur des universités à Nancy

Olivier Rubinstein, ancien directeur des éditions Denoël

René Strien, directeur éditorial des éditions Aufbau

[http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-resister-au-nazisme-24-2013-01-29]

Hans Fallada meurt en 1947. La majeure partie de son oeuvre évoque l’Allemagne de la République de Weimar. Quelques mois avant de mourir, malgré sa grande dépendance à la morphine et son état d’épuisement général, il parvient à écrire un dernier roman qui raconte le quotidien à Berlin pendant la guerre, et le destin d’un couple d’Allemands qui se mirent à résister à Hitler.

55 ans plus tard, c’est avec Seul dans Berlin que Fallada est redécouvert en France et dans le monde entier.

Mais cette redécouverte en a suscité d’autres : on a découvert par exemple que le dossier de la Gestapo dont s’est inspiré Fallada pour écrire ce roman a été expurgé de certains éléments avant qu’il ne le lise ou qu’un chapitre de Seul dans Berlin ainsi qu’une multitude de détails ont été coupés par l’éditeur de la maison Aufbau.

Mais le destin de la succession et des archives de Hans Fallada recèle lui aussi son lot de découvertes. La seconde femme de Fallada, elle aussi morphinomane, commencera par disperser quelques manuscrits, avant de tout vendre à une femme d’affaires à Braunschweig, devenue son ayant-droit. Le fond d’archives sera finalement racheté par la RDA en 1980, et connaîtra d’autres aventures.

Pourquoi ces coupes, ces manipulations ? Pourquoi cet auteur a-t-il suscité tant de controverses ? Pourquoi redécouvre-t-on aujourd’hui cette oeuvre ? Quel a été son parcours, entre les deux Allemagne ?

Le destin de l’oeuvre de Hans Fallada raconte la deuxième moitié du XXe siècle : c’est une histoire de l’Allemagne et de sa partition, une histoire d’éditions, de successions que nous avons souhaité vous raconter.