Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2013 > Journées d’étude 2013 > Communautés et colonies françaises en Amérique : mémoires et mise en patrimoine, 19e-21e siècle, 24 octobre > Journée détude - Communautés et colonies françaises en Amérique : mémoires et mise en patrimoine, 19e-21e siècle - PRESENTATION

Journée détude - Communautés et colonies françaises en Amérique : mémoires et mise en patrimoine, 19e-21e siècle - PRESENTATION

par Annie ANTOINE - 6 octobre 2013

Journée d’étude CRHIA-CERHIO
organisée à La Rochelle, le 24 octobre 2013

Colonies et communautés françaises en Amérique :
mémoires et mise en patrimoine XIX-XXIe siècles

Cette journée d’étude va s’intéresser aux cas des colonies et communautés françaises présentes en Amérique. Les travaux sur l’immigration française en Amérique ont permis de prendre conscience de la complexité d’une immigration qui ressemble autant qu’elle se distingue des autres nationalités d’immigrants.
En effet, les différents travaux réalisés et les recherches en cours au Brésil, au Mexique ou en Argentine par exemple permettent d’identifier plusieurs types d’immigrations. Au-delà des immigrants en mission, ingénieurs, architectes et autres négociants, il existe des communautés plus ou moins soudées de Français (regroupements d’immigrants ou migrations en chaîne au XIX-XXe siècle) qui interagissent avec leur environnement comme c’est le cas des communautés urbaines à Buenos Aires (OTERO 2011), à Rio de Janeiro (VIDAL, De LUCA 2010), à Mexico (PÉREZ SILLER 1999, CRAMAUSSEL 2006).
Si l’immigration française a, en règle générale, vu ses individus s’intégrer rapidement aux différents pays, elle a aussi connu des échecs, comme par exemple au Mexique dans l’état de Sonora ou de Veracruz (JUÁREZ MARTÍNEZ 1996, GONZÁLEZ 2007) ou dans la région du Coatzacoalcos (MAISON et DEBOUCHET 1986, Guy P. C. THOMSON 1974), sans évoquer Benevides au Brésil (VIDAL et DI LUCA 2012), bouleversant ainsi l’équilibre et la logique des projets de colonisation (entre 1ère moitié et 2ème moitié du XIXe siècle).
De même, au cours du XIXe siècle l’espace américain a fait l’objet d’une colonisation rurale qui a entrainé parfois la constitution de noyaux coloniaux à dominante française. Les cas sont nombreux, ce trouvent au Brésil les exemples de Santo Antonio (BETEMPS RAMOS), ou du Vale dos Veados (CHRYSTOMO) mais encore la colonie de Jicaltepec-San Rafael au Mexique (DEMARD 1999, 2002, SÁNCHEZ 2005, 2012, OLVEDA 1990) ou celle de Pigüé en Argentine qui sont des colonies rurales (XIXe-début XXe) qui devaient principalement servir à blanchir les populations et à moderniser l’agriculture. D’autres moins connues restent encore à être analysées comme c’est le cas au Brésil par exemple à Serro Azul-PR.
Les recherches démontrent bien que les liens se pérennisent dans le temps et qu’il existe encore dans les villes comme dans les campagnes des noyaux actifs de descendants d’immigrants français qui peuvent former des communautés plusieurs décennies après l’installation. La permanence d’une identité française nous conduit à nous interroger sur les statuts et les évolutions de ce phénomène.
En inscrivant l’immigration française dans un cadre plus général ces études permettent donc aux chercheurs de s’interroger sur les politiques coloniales du XIXe siècle, les identités actuelles qui découlent de ces migrations, les métissages culturels opérés, les discriminations mais aussi les mémoires.
Nous souhaitons autour des derniers travaux sur les communautés et colonies françaises en Amérique conduire une réflexion sur l’identité française et ses altérités dans le cadre colonial et communautaire des espaces américains. Afin de mieux saisir les enjeux de cette vaste question, cette journée d’étude propose d’ouvrir un dialogue autant chronologique qu’interdisciplinaire dans le but de lier construction des communautés, des identités françaises en Amérique aux XIX et XXe et la patrimonialisation, valorisation et enjeux de ces identités aux XXe-XXIe siècles dans une Amérique toujours plus multi-culturalisée.
En d’autres termes il s’agit pour nous, au travers d’exemples, de réfléchir sur les stratégies économiques et sociales et les politiques employées par les descendants de ces colons ou immigrants qui ont pour objectifs de valoriser une identité et de conserver un patrimoine, qu’il soit matériel ou immatériel. Comment se forme et se transmet une identité communautaire ? Comment et pourquoi est-elle valorisée ? Enfin une dernière question pourra faire l’objet d’une réflexion : existe-t-il, à l’heure d’internet et de la mondialisation culturelle des projets de rapprochement de ces groupes à l’intérieur de l’Amérique ?

.

Champs disciplinaires : Anthropologie, Sociologie, Civilisation, Philosophie, Histoire, Cultures et Arts.

.

Axes proposés :
1- Migration et colonies rurales et urbaines :
· L’axe 1 portera sur l’histoire des colonies françaises en Amérique (XIX-XXe) ainsi que sur les dynamiques et enjeux socioéconomiques et politiques qu’elles ont provoqués.
2- Identités :
· L’axe 2 portera sur les identités ou les communautés formées (anciennes ou actuelles) suite aux immigrations françaises dans les Amériques en milieux rural et urbain.
3- Mémoires et patrimoines :
· L’axe 3 portera sur la patrimonialisation de la mémoire coloniale (XXe-XXIe) et la mise en scène des mémoires et des représentations (familiales ou locales) comme par exemple la naissance de projets muséographiques et culturels très en vogue de nos jours.

.

Comité d’organisation :
Grégory CORPS (doctorant, CRHIA, Université de La Rochelle)
Noémie POINTEAU (doctorante, CERHIO, Université Européenne de Bretagne, Rennes 2)

.

Modalités de soumission :
La soumission d’un article complet est facultative.
Les propositions doivent comporter :
-  Un résumé de 15 à 20 lignes (1500 caractères maximum) avec titre et mentionnant dans quel(s) axe(s) la communication s’inscrit et 5 mots clefs maximum.
-  Une brève présentation du participant : titre de la communication, Nom et Prénoms, Statut, Institution(s), Recherches et/ou Publications récentes, Adresse électronique.
Les résumés ou articles sont à envoyer par mail avant le 30 juin 2013 à l’adresse suivante : seminaire.recherche.ouest@gmail.com
Les résumés et communications peuvent être envoyés en : français, anglais, espagnol et portugais.