Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Annuaire > BIZIEN-FILIPPI Myriam (doctorante)

BIZIEN-FILIPPI Myriam (doctorante)

Doctorant - Université du Maine

.

Adresse mail : Myriam.filippi@univ-lemans.fr

.

Directeur : Dominique Avon

.

Titre de la thèse :


Les musulmans dans les mouvements catholiques des années 1970 aux années 2010. Étude du cas français et comparaisons européennes

.

Première inscription : 2013

Contrat doctoral ENS

.


Résumé de la thèse

.

« La JOCF […] m’a permis de me poser des questions sur qui j’étais. C’est grâce à elle que j’ai découvert en profondeur ma foi musulmane » (Archives départementales des Hauts-de-Seine, fonds de la JOCF, 44 J 1530-1531). Comme Boya, jeune jociste de la fédération de la Loire au début des années 1980, de nombreux musulmans ont participé et participent encore à des mouvements catholiques en France. C’est cette présence de musulmans dans des mouvements catholiques français, ses origines, ses modalités, les interrogations qu’elle soulève côté catholique et côté musulman et ses évolutions sur une période allant des années 1970 aux années 2010 que j’étudie dans ma thèse, à travers un travail d’archives et d’entretiens.
Ma thèse se concentre principalement sur quatre mouvements catholiques, qui ont été les plus marqués par cette présence de musulmans : l’Action Catholique des Enfants, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Féminine, l’Action Catholique Ouvrière et les Scouts et Guides de France (anciennement Guides de France et Scouts de France).
Débuter cette étude dans les années 1970 me permet d’avoir le recul historique nécessaire pour étudier les transformations des modalités d’appartenance des musulmans aux mouvements catholiques dans le contexte des années 1980, où la politologue Claire de Galembert voit un mouvement de « reconfessionnalisation » aussi bien du côté musulman que du côté catholique. Dans ce contexte, nous pouvons donc faire l’hypothèse d’un déclin de la participation des musulmans aux mouvements catholiques à partir des années 1980, au profit d’un engagement dans des mouvements spécifiquement musulmans. Cette hypothèse d’un déclin est cependant à nuancer par une volonté militante d’ouverture sociale de ces mouvements catholiques.