Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2014 > Séminaires 2013-2014 > Site de Rennes - Actualité de la recherche historique (2013-2014) > SEMINAIRE - Actualité de la recherche historique - Rennes, 13 mars 2014 - Simona Cerutti - Etrangers. Etude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime.

SEMINAIRE - Actualité de la recherche historique - Rennes, 13 mars 2014 - Simona Cerutti - Etrangers. Etude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime.

par Aurélie HESS - 25 février 2014

La prochaine séance du séminaire se tiendra le
jeudi 13 mars 2014 de 17 h à 19 h, dans la salle Jacques-Léonard

Elle sera consacrée à la présentation, , par Simona Cerutti, directrice d’études à l’EHESS et membre du CRH (UMR 8558), de son ouvrage

Etarngers. Etude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, (Bayard, 2012)

« La question de l’étranger, de son statut, des droits à lui accorder, de la place à lui reconnaître, occupe tant nos débats publics que sa définition nous semble évidente. Est étranger celui qui vient d’un pays lointain.

C’est bien pourtant cette certitude que bouscule ici Simona Cerutti à partir d’une analyse fouillée et passionnante des archives de la ville de Turin au XVIIIè siècle. Dans cette société d’Ancien Régime, le terme « étrangers » renvoie en effet à une réalité plus complexe : l’habitant d’un village voisin, parfois membre d’une même famille, peut être désigné comme étranger, et la personne originaire d’ailleurs ne peut pas entrer dans cette catégorie. L’étranger est moins une figure sociale qu’une condition présente à l’horizon de tout habitant de la ville. Il a abandonne alors le masque de « l’Autre », ainsi que la place marginale dans le tissu social.

Et c’est ici que le travail de l’historien nourrit nos interrogations actuelles : la peur des étrangers est moins le sentiment éprouvé par celui qui se trouve assiégé par une minorité inconnue et menaçante que la crainte diffuse d’une chute sociale qui peut intervenir dans tout parcours »

.

La présentation durera environ une heure, le débat, animé par Valeria Pansini, maître de conférences en italien à l’université de Rennes 2 et membre du CERHIO, une heure aussi.

Contact

Affiche de la conférence :

Dossier de la conférence :

Compte rendu de la séance :