Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2015 > Journée d’étude 2015 > Journée d’étude, Administration locale et politisation (XIe-XIXe siècles) - Rennes, 16 novembre 2015

Journée d’étude, Administration locale et politisation (XIe-XIXe siècles) - Rennes, 16 novembre 2015

par Aurélie HESS - 4 novembre 2015

L’histoire de l’administration est souvent envisagée comme une déclinaison de l’histoire de l’Etat, l’administration se concevant alors comme la structure encadrante d’un pouvoir sur sa propre population. C’est dans cette logique, communément admise, que Max Weber peut affirmer au début du 20e siècle que « l’administration est domination ». Pour autant, sans remettre en question ce prisme, il est pertinent d’envisager l’action administrative non comme un simple acte de domination descendant mais bien comme la rencontre entre la multitude des intérêts divergents (intérêt de l’Etat/intérêts des communautés, intérêt général/intérêts particuliers, intérêts des différents acteurs locaux, conflits d’usage, etc.) qui composent l’emboîtement et l’enchevêtrement des « territoires politiques ». Or, la gestion territoriale de ces intérêts contradictoires s’impose de fait comme un apprentissage des formes de débats, de délibérations, de délégation et de prises de décisions qui sont au fondement du principe même d’un apprentissage du politique (peut-on alors parler de politisation ?).

Plusieurs approches peuvent être envisagées tant par le biais des acteurs, c’est-à-dire des hommes et des institutions qui se situent au point de contact entre l’Etat et le territoire, que par le biais des assemblées et des communautés dans leur rapport avec l’administration locale (appropriation, collaboration, négociations,…). L’historiographie sur ces problématiques est riche et pour autant, il demeure difficile d’envisager une histoire de l’Etat sur le temps long qui se centre sur l’évolution des pratiques et des apprentissages à l’échelle locale. Cette focale est largement « écrasée » par ce que l’on a communément appelé le « roman national » et qui, dans la continuité des théoriciens du droit influencés par les discours normatifs, envisage l’administration comme la traduction unilatérale des formes de domination du centre sur les périphéries.

L’objectif de la journée d’étude serait donc d’apporter des éclairages, forcément ponctuels et partiels, sur quatre périodes historiques (Médiévale, Moderne, Révolution française, 19e siècle), de faire émerger des problématiques transversales et de « décentrer » la réflexion historique autour de l’autorité politique en la traitant par le biais des pratiques administratives locales sans se limiter aux ambitions affichées par le pouvoir politique central.

Lundi 16 novembre 2015 (9h00-16h00)
Université Rennes2, Salle Jacques Léonard (bâtiment A)

-  9h00 : Introduction

-  9h15-10h15 : Emmanuel GRELOIS (Rennes II-CERHIO) : Matura deliberatione prehabita : quelques remarques sur la prise de décision et l’administration locale dans les communautés (ecclésiastiques, urbaines, rurales) au Moyen-Age (XIe-XVe siècles).

-  10h45-11h45 : Philippe HAMON (Rennes II-CERHIO) : Les capitaines de paroisse et les mobilisations des communautés rurales (France de l’Ouest, 16e-17e siècles).

Repas

- 13h30-14h30 : Gaïd ANDRO (Rennes II-CERHIO) : L’administration départementale révolutionnaire ou l’impossible neutralité politique.

- 15h00-16h00 : Pierre KARILA-COHEN (Rennes II-CERHIO) : Les préfets et la « dépolitisation » : analyse critique d’un projet de gouvernement dans la France du XIXe siècle.

Affiche :

Dans la même rubrique :