Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Vie de l’unité > Soutenances de thèse et HDR en 2018 > Soutenances de thèse et HDR en 2017 > Soutenance de Jehanne ROUL

Soutenance de Jehanne ROUL

par Admin TEMOS - 7 juin 2017

Le Poème en l’honneur de Louis le Pieux d’Ermold le Noir : un miroir pour l’Empire carolingien

Le 24 juin 2017

14h00 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | Salle Germaine Tillion | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

Sous la direction du Professeur Thomas Deswarte


Résumé de la thèse

Ermold Le Noir, lettré aquitain, composa en 826-827 un poème adressé à Louis le Pieux. C’est à Strasbourg, frappé de disgrâce, qu’il adressa à l’empereur son chant dans l’espoir de retourner auprès de son roi Pépin1er roi d’Aquitaine. Nous proposons une lecture interprétative de cette élégie augmentée en annexe de la traduction des 2649 vers qui la composent. Nous avons choisi, en prologue, de mener une enquête archéologique systématique de la réception et des lectures modernes du Carmen et d’Ermold. Aller en effet à la rencontre de l’auteur en prenant son œuvre au sérieux dans son intégralité, s’attacher au contexte de sa composition, en envisager la réception, en comprendre la construction, tels sont les objectifs majeurs de notre thèse. Nous avons donc tenté de restituer les cohérences internes et les enjeux littéraires du texte pour que la richesse historique de cette source précieuse se révèle en son tout. Ce sont en effet quelque trente années du règne de Louis le Pieux que son contemporain rapporte et expose à son prince et à la cour. Il fabrique ainsi le portrait en actes de Louis, héritier du vaste empire de son père Charlemagne. Nous débutons notre étude par l’écriture du lettré carolingien qui offre au prince en son élégie, tel un miroir qu’il lui tend, le portrait d’un prince pius et victor qui mène une politique idéalisée. Une seconde partie prend le Carmen comme un livre ouvert sur une société, celle de l’Empire, qui donne à voir les structures et le fonctionnement de ses éléments. Une troisième met en évidence la réflexion politique qu’Ermold, théoricien du pouvoir, propose dans son Carmen, poème que nous avons envisagé comme un traité politique narrant le passé, décrivant le présent et révélant le possible avenir.


Composition du jury

Madame Sylvie Joye, Maître de conférence, HDR en Histoire médiévale- Université de Reims
Monsieur Michael Allen, Professeur en Littérature latine-Université de Chicago
Monsieur François Bougard, Professeur en Histoire médiévale- IRHT, Université de Nanterre
Monsieur Thomas Deswarte, Professeur en Histoire médiévale- Université d’Angers
Monsieur Bertrand Ham, Maître de conférence en Philosophie antique- Université catholique de l’Ouest
Monsieur Yves Sassier, Professeur en Histoire du droit- Université Paris IV, Panthéon-Sorbonne