Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Vie de l’unité > Soutenances de thèse et HDR en 2018 > Soutenance de Clémence MAHEO

Soutenance de Clémence MAHEO

par Admin TEMOS - 5 avril

Les opérateurs « faiseurs de parenté » face aux mutations et aux risques de l’adoption internationale depuis 2005

Le 24 avril 2018

14h00 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | Salle Frida Kahlo | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

Sous la direction d’Yves Denéchère


Résumé de la thèse

Les opérateurs de l’adoption internationale en France, c’est-à-dire les Organismes Autorisés pour l’Adoption (OAA) et l’AFA (Agence Française de l’adoption), occupent une place majeure dans le processus de l’adoption internationale. Ils détiennent le pouvoir de donner à un enfant une famille, ils sont des « faiseurs de parentés ». Les mutations de l’adoption internationale confortent l’importance de leur rôle tant dans leur responsabilité à choisir les postulants que dans leur légitimité à les accompagner tout au long de la procédure.
Dans un contexte de déclin l’espace dans lequel évoluent les opérateurs, en interaction avec les différents acteurs de l’adoption internationale, devient de plus en plus concurrentiel alors que l’intérêt de l’enfant demeure le but affirmé par tous.
À l’interface entre pays d’accueil et pays d’origine, entre postulants à l’adoption et enfants adoptés, les opérateurs sont pris de fait entre les logiques propres à chaque catégorie d’acteurs en présence dans un champ politique et social en constante mutation. Leur système de fonctionnement fait donc l’objet de questionnements notamment sur leurs capacités à s’adapter. Ces réflexions conduisent à s’interroger sur l’efficience des opérateurs, à redéfinir leur rôle et leur place dans leur mission d’accompagnement des adoptants et des adoptés, à réaffirmer leur responsabilité.

Mots clés  : adoption internationale, opérateurs de l’adoption, intérêt de l’enfant, risques, mutations,

Composition du jury
- Christine Castelain-Meunier, Chargée de recherche, CNRS, EHESS
- Yves Denéchère, Professeur à l ‘Université d’Angers (Directeur de Thèse)
- David Niget, Maître de Conférences en Histoire à l’Université d’Angers
- Anne-Marie Piché, Professeure à l’Université du Québec à Montréal
- Laurent Toulemon, Directeur de recherche à l’INED