Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2009 > Colloque : "Archéologie sous-marine & patrimoine. Des pratiques aux enjeux de médiation" > Informations

Informations

Colloque organisé les 3,4,5 et 6 juin 2009 à la Maison de la Recherche de l’Université Bretagne Sud sous la direction de Christophe CERINO, Michel L’HOUR, Elisabeth VEYRAT et Jean-Michel LE BOULANGER avec le soutien du GIS d’Histoire Maritime et de l’UMR2418 d’Histoire et d’Archéologie maritime de l’Université Paris IV-Sorbonne.


L’archéologie sous-marine est née dans la seconde moitié du XXe siècle. Depuis les fouilles balbutiantes du « Grand Congloué » jusqu’aux recherches actuelles, l’exploitation scientifique des données recueillies au fond des océans a montré toute leur importance pour la compréhension des activités humaines maritimes et littorales. Si les premiers questionnements épistémologiques de la discipline sur son rapport avec l’archéologie ne constituent plus depuis longtemps un enjeu polémique, de très nombreuses questions n’en demeurent pas moins posées. À commencer par l’immensité du potentiel de sites restant à découvrir. Face à la complexité des opérations de fouilles, comment sont financés les coûts élevés des
recherches ? Quelle est la part des moyens publics consacrés aux opérations en France et à l’étranger ? Dans quels cadres juridiques et institutionnels s’organisent les recherches à l’échelle internationale ? Ou encore quelle est la nature des relations entretenues par l’archéologie subaquatique avec d’autres disciplines scientifiques ? L’archéologie subaquatique serait-elle une science incomprise comme le uggérait un des pionniers de la discipline, George Bass, il y a encore une vingtaine d’année ?

Le but de ce colloque vise d’une part à développer un état des lieux de la recherche en France et à l’étranger, mais aussi et surtout à réfléchir collectivement sur les processus de patrimonialisation qui en résultent. Comme pour toute mise en patrimoine, les objets et traces présentés aux regards des publics doivent être contextualisés. Ici, le propos est très singulier car les objets exposés sont issus de gisements inaccessibles au plus grand nombre qui ne peuvent être perçus directement dans leur globalité. Il en découle une nécessaire et complexe médiation. Pour ce faire, la mise en patrimoine des traces sous-
marines fait appel à des moyens techniques, photographiques ou audiovisuels souvent sophistiqués. En prenant le parti d’un questionnement placé sous l’angle patrimonial, l’ambition de ce colloque est de créer une confrontation dynamique entre les acteurs concernés par l’archéologie sous-marine afin de répondre
aux diverses questions évoquées ci-dessus et de mieux saisir l’articulation entre cette discipline et le concept global de patrimoine. Des exemples de mises en patrimoine menées dans différents pays étrangers seront tout particulièrement analysés.

Plus de renseignements ici.

Mots-clés

Colloque , Lorient