Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2008 > Colloque "Noblesse et Défense de l’Orthodoxie (XIIIe-XVIe siècle)" > Bilan du Colloque

Bilan du Colloque

par Franck Mercier et Ariane Boltanski

L’ambition de ce colloque était de s’interroger sur la dimension religieuse du comportement et de l’éthique nobiliaire, d’en apprécier la nature, la formation et l’évolution sur une période relativement longue, du Moyen Age à l’époque moderne. Il s’agissait dans ce cadre chronologique inhabituel d’amener les historiens médiévistes et modernistes, français et étrangers, à comparer leurs historiographies, leurs méthodes et leurs résultats, au-delà de la césure traditionnelle que représentent les réformes du XVIe siècle.

Organisé sur le campus Villejean de Rennes 2, le colloque a ainsi assumé une ouverture résolument internationale en réunissant des chercheurs issus d’horizons très différents (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni, République Tchèque, Etats-Unis). Répartie sur deux jours (les 11 et 12 décembre 2008), cette rencontre s’est organisée autour de quatre séances thématiques :

- Défendre la foi, entre noblesse et papauté (XIIIe – XIVe siècles)
- L’Etat, les nobles et la lutte contre l’hérésie (XIVe – XVIe siècles)
- Guerres de Religion, noblesse et confessionnalisation (XVIe – XVIIe siècles)
- Propagation de la foi et identités nobiliaires (XVIe – XVIIe siècles)

Les différentes communications (réalisées majoritairement en français, mais aussi parfois en anglais) se sont efforcées d’éclairer les différentes modalités et enjeux de l’engagement de la noblesse dans la défense de l’orthodoxie religieuse depuis la lutte contre les hérésies médiévales (catharisme, hussisme) jusqu’aux premiers défis du jansénisme (XVIIe s.) en passant par les guerres de religions du XVIe s. S’il revient plus particulièrement à Jean-Philippe Genêt (Paris 1 – Sorbonne) et James B. Collins (Université de Georgetown - Etats-Unis) d’établir les conclusions scientifiques de ce colloque, plusieurs points de convergence peuvent d’emblée être soulignés : si les études croisées ont généralement confirmé la forte implication de la noblesse dans la défense de la foi (conformément à une ancienne éthique nobiliaire), elles ont aussi contribué à mieux en éclairer les enjeux politiques sous-jacents, notamment lorsque le pouvoir souverain s’implique lui-même dans la promotion ou la défense d’une orthodoxie. La volonté délibérée de bousculer la traditionnelle répartition chronologique entre Moyen Age et époque moderne a également eu pour effet de mettre en valeur la conjoncture spécifique des XIVe – XVIe s. lorsque la Chrétienté médiévale s’efface progressivement au profit des états confessionnels.

Il convient d’ajouter que ce colloque a reçu de la part du public étudiant un accueil d’autant plus attentif que les thématiques du colloque recoupaient certaines questions au programme du Capes et de l’Agrégation d’histoire.

Cette rencontre a bénéficié du soutien organisationnel et financier du Cerhio, du CNRS, de l’ANR (dans le cadre du projet CONFLIPOL), de la région Bretagne et du Conseil Général d’Ille et Vilaine.

Les versions écrites des communications sont actuellement en cours de collecte et de traduction par les organisateurs scientifiques du colloque. Publiés en français, les actes du colloque, enrichis des interventions d’une précédente journée d’études préparatoire, seront soumis au comité de lecture des Presses universitaires de Rennes à l’automne prochain (2009).