Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2009 > Séminaires, Journées d’études et autres manifestations > Journée d’études "Travail, solidarités familiales et mobilité sociale dans le monde rural"

Journée d’études "Travail, solidarités familiales et mobilité sociale dans le monde rural"

Rennes, le 26 novembre 2009

Journée d’étude co-organisée par le CERHIO et le GDR Sociétés rurales européennes.


Présentation

Les historiens ruralistes ont longtemps porté une attention soutenue aux systèmes de transmission successorale du patrimoine (principalement inégalitaire), dans la mesure où le patrimoine foncier est un élément central pour l’activité des paysans et qu’il est en même temps au cœur du droit de la famille dans les coutumes d’Ancien Régime (qui sont généralement moins préoccupées par le devenir des biens mobiliers).

Le rôle de la famille dans les processus de mobilité sociale ne se limite pourtant pas à la question des héritages et de la transmission du statut, il passe également par quantité d’autres voies que celles de la succession au sens large (qu’il s’agisse de successions ab intestat ou par testament ou encore de la donation notamment par contrat de mariage). Le parcours professionnel et patrimonial des individus peut notamment s’appuyer sur des formes multiples d’entraide familiale plus ponctuelles et plus informelles, d’association dans le travail, voire d’association commerciale, entre parents, entre père et fils bien entendu mais également par exemple entre frères. Mais ce type d’enquêtes très riches pour comprendre la complexité des processus de reproduction et de mobilité sociale a surtout jusqu’ici concerné le monde urbain pour des raisons de sources notamment (les études sur les frérèches commerciales ou sur les mises en apprentissage dans les milieux marchands urbains sont par exemple très nombreuses) ou les régions de partage inégalitaire où l’organisation de la succession commande en grande partie les relations au sein de la fratrie.

Pour le monde rural en particulier pour les pays de partage égalitaire, ce type d‘investigation reste rare. C’est pourquoi dans cette journée d’étude nous souhaiterions concentrer l’attention sur les formes de relations et de solidarités économiques familiales qui permettent à chacun des membres de la famille de construire son propre parcours professionnel et patrimonial. Cette approche implique que la question de l’héritage père/fils, sans être naturellement totalement écartée, ne soit pas au centre des questionnements mais que soient privilégiés d’autres types de lien de parenté ainsi qu’une analyse au niveau intra générationnel. Bien que les lois successorales commandent le partage (ou non) des exploitations, existe-il des formes de collaboration économique et professionnelle, temporaire ou non, entre frères et sœurs ou entre parents plus éloignés ? Peut-on dès lors également expliquer, par ces formes d’entraide familiale et de collaboration au travail, au moins partiellement les processus de reproduction et de mobilité sociale ?


Programme

Première session : Travailler en famille, travailler pour sa famille ?

- Entre négoce et champs de bataille. La famille Le Roux au siècle des Lumières, Hervé Bennezon (Créteil)
- Familia, trabajo y estrategias de colaboración en la Castilla rural del Antiguo Régimen, Fransisco Garcia Gonzalez (Université d’Albacete-La Mancha)
- Travail en famille, famille au travail dans l’usine de la schappe de Briançon, Franck Dellion (Lyon, UMR LARHRA)
- Des champs à l’usine : mobilité sociale et entraide familiale dans un village de la Vénétie (Italie) entre XIXe et XXe siècle, David Celetti (Université de Padoue)

Deuxième session : Partages familiaux et mobilités individuelles

- Honnêteté et relations successorales en Languedoc au XVIIe siècle, Ronan Tallec (Ehess)
- Accumuler et transmettre en pays de partage égalitaire : en Vieille-Castille aux XVIe et XVIIe siècles, Francis Brumont (université de Toulouse-Le Mirail)
- L’enseignement agricole et ménager auprès des jeunes filles ou les voies de la non transmission d’un métier : Application à la viticulture au XXe siècle, Jean-Louis Escudier (CNRS UMR 5474 Montpellier)
- Les arrangements de famille : les transmissions patrimoniales dans les familles viticoles exploitantes de Cognac (années 2000), Céline Béssière (Paris Dauphine)

Pour plus de renseignements, contactez Fabrice Boudjaaba

Mots-clés

Histoire moderne , Rennes