Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités scientifiques > Activités antérieures (2008-2015) > Année 2008 > Colloque "Les noblesses normandes à l’époque moderne" > Les noblesses normandes à l’époque moderne

Les noblesses normandes à l’époque moderne

Cerisy, 10 au 14 septembre 2008

Contexte et objectifs

Ce colloque international s’intéressera à la noblesse Normande, étudiée dans le Grand Ouest, avec de nombreuses comparaisons dont la noblesse Bretonne ou Anjevine.


En Normandie, la noblesse est abondante à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), au point que sa densité dans la partie ouest de la province serait la plus forte de France. Qualifiée parfois de populeuse, cette noblesse demeure mal connue à ce jour. Les études partielles sont nombreuses, traitant d’aspects locaux, souvent étroitement délémités, mais apportant des perspectives novatrices sur ce groupe socio-politique. Le principal objectif de ce colloque est d’abord de confronter ces études afin de dresser un état des lieux. Cette confrontation apparaît d’autant plus indispensable que la noblesse normande n’a pas bénéficié des travaux de synthèse et des vastes enquêtes déployées pour les noblesses des provinces voisines (Bretagne, Beauce, Maine, Anjou en particulier). Ces journées ont donc pour but de définir une base de travail par une mise en commun des savoirs, fondée sur les recherches réalisées et en cours, de manière à cerner les aspects originaux de ces noblesses normandes. Le colloque privilégiera la dimension comparative pour mesurer les spécificités des groupes nobiliaires en Normandie face aux noblesses de l’Ouest à l’époque moderne, les noblesses bretonnes ou angevines en particulier, et face à la noblesse en général pour laquelle l’historiographie a été largement renouvelée ces dernières décennies. Une comparaison s’impose en particulier entre cette noblesse nombreuse, parfois populeuse, de Normandie et la petite noblesse bretonne, si bien étudiée par Michel Nasssiet, qui mettra en évidence les points communs comme les éléments de différenciation.

L’hétérogénéité de cette noblesse normande est manifeste, ce qui justifie l’usage d’un pluriel pour la qualifier ; la confrontation des intervenants devrait démontrer ce point. L’hétérogénéité nobiliaire se traduit dans de nombreux secteurs : dans les activités économiques des nobles, dans leur inscription dans l’espace, rural ou urbain, ou encore dans les positions culturelles singulières. D’importants décalages entre les différentes couches nobiliaires conduisent en Normandie à des oppositions et à des complémentarités au sein de l’ordre, ce qui oblige à différencier les strates qui le composent : entre la noblesse populeuse de l’ouest de la province et une noblesse beaucoup plus puissante et moins dense dans sa partie orientale, des distinctions doivent être précisées.

Les questions juridiques sont tout aussi essentielles, puisque la coutume de Normandie se distingue de ses voisines et qu’elle influence les modes de vie. Au sein même de la province, des pratiques divergentes coexistent, au moins dans les modes de transmission des patrimoines et dans la reproduction des lignages, avec toutes leurs conséquences sur les pratiques matrimoniales et familiales pour pérenniser les lignages.

Les multiples participations des nobles normands aux conflits politiques et religieux, au long des trois siècles, invitent, en outre, à s’interroger sur la place de cette noblesse provinciale au sein du royaume et de l’État. Les droits et les privilèges nobiliaires, la représentation de cet Ordre, la fonction des nobles, en assemblée, au village et en ville, offrent autant de clés qui permettent de croiser les situations et activités nobiliaires en Normandie, tout en comparant les pratiques et stratégies de ces nobles avec les données dégagées pour d’autres provinces, comme la Bretagne.

Responsable scientifique :
- Ariane BOLTANSKI

et Alain HUGON (CRHQ de Caen)

Mots-clés

Colloque , Autre (France)


Dans la même rubrique :