Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Annuaire > SCUTARU Béatrice* (post-doctorante)

SCUTARU Béatrice* (post-doctorante)

Post-doctorante
Bourse H2020 Individual Fellowship à l’Université de Padoue, Italie.


Adresse mail : scutaru_beatrice@hotmail.com


Titre de la Thèse

Les relations entre les sociétés française et roumaine : conditions et perspectives de l’ancrage de la Roumanie à l’Union européenne (dès années 1960 aux années 2000)


Résumé de la thèse

La socio-histoire des relations internationales qui se développe actuellement vise à croiser histoire sociale et histoire des relations internationales, ce qui permet d’interroger d’une manière renouvelée des évolutions historiques jusque-là uniquement sous un aspect souvent politique.
L’objectif de la thèse est de vérifier en quoi les relations créées et entretenues (ou relâchées selon les époques), entre les sociétés française et roumaine ont pu faciliter l’intégration de la Roumanie dans l’ensemble européen. L’adhésion de la Roumanie à l’Union Européenne en 2007 a été l’aboutissement d’un long processus débuté en 1989 avec la chute du régime communiste de Ceausescu, mais au-delà de cette coupure chronologique classique, on peut regarder plus loin et se demander si des relations ont pu se nouer auparavant entre une société française qui incarne une forme de démocratie occidentale et la société roumaine à qui l’on a imposé une démocratie populaire.
L’époque Ceausescu est celle d’un positionnement très spécifique de la Roumanie dans le bloc communiste et les contacts avec l’Ouest européen se multiplient dans de nombreux domaines, économiques notamment. Des jumelages entre des villes françaises et roumaines sont organisés. En même temps, la contestation politique et intellectuelle interne roumaine trouve des échos en France. Dans les années 1980, le projet de « systématisation » des campagnes roumaines provoque une mobilisation des communes françaises pour sauver les villages roumains de la destruction : c’est l’Opération Villages Roumains (OVR) qui mérite d’être mieux connue. Après la « révolution » de 1989, cette opération prend une ampleur considérable et initie un véritable rapprochement entre les deux sociétés, notamment dans leurs composantes rurales.
Au-delà de l’image de la Roumanie en France et en Europe (orphelinats, campagnes d’un autre âge, question tsiganes, immigrés roumains en France…) il s’agit d’évaluer en quoi l’ensemble de ces relations, celles de l’avant 1989 et celles de l’après, ont contribué a considérée la Roumanie comme partie prenante du projet de réunification européenne.

Mots-clés

Angers , Doctorante